"Rêver ce n'est pas dormir debout, c'est ne pas dormir du tout" - Amy Sarr Fall

Née à Dakar où elle fait ses études primaire et secondaire, Amy Sarr Fall a par la suite rejoint Paris pour poursuivre des études supérieures à l’Université Américaine de Paris (UAP). Passionnée par la communication et les médias, elle se lance dans la poursuite d’une double licence en Communication Internationale et en Administration des Affaires Internationales.

Son dynamisme séduit l'administration de l'université qui décide de lancer une campagne de communication au Sénégal, autour de sa personne, dans le but d'inciter ses jeunes compatriotes à la rejoindre. "Je compte sur vous pour m'aider à hisser plus haut et plus loin le lourd drapeau du Sénégal.", avait-elle alors dit.

À mi-parcours, elle est sélectionnée pour effectuer un stage au Haut Conseil de la Francophonie aux côtés d'éminentes autorités à l'instar du secrétaire général de l'organisation, SEM Abdou DIOUF ou encore de M. Boutros Boutros Ghali, ancien SG des Nations, qui l'aideront à acquérir une expérience significative. Dans le but d'encourager Amy à croire toujours en elle, le Président Abdou Diouf appellera son père resté à Dakar pour le féliciter et lui demander de continuer à accompagner sa fille car elle pouvait aller loin.


Vers la fin de ses études au sein de l’Université Américaine de Paris, une grande université située dans le 7e arrondissement de Paris qui regroupe plus de 100 nationalités et à peu près 1000 étudiants, elle décide de tenter sa chance aux États-Unis. Au pays de l’Oncle Sam, Mme Amy Sarr Fall est admise dans une des plus grandes entreprises d’IT comme chargée de communication et de l'expansion des activités du groupe dans le tri-state area. Cela lui permettra de travailler à partir de New York avec d'autres Etats de la côte-est américaine, notamment le Connecticut, le New Jersey mais aussi la Floride plus au sud.

En 2007, période à laquelle le Président Obama se présente aux élections présidentielles, elle rencontre le candidat lors d’une conférence qui se tenait à New York. Inspirée depuis ce jour, elle est convaincue que le changement viendra des populations. Désireuse de voir Obama élu, elle crée un blog “World for Obama, citoyens du monde» qui mobilise très vite plus de 3000 personnes sur facebook. Ses prises de position gagnent l'attention du New York Times qui la citera comme commentaire du jour.

Par la suite, elle décide de retourner à Paris pour obtenir une maitrise en communication globale. Son parcours suscitera là aussi l'intérêt de deux des plus grandes structures de communication européennes: Landor et Publicis. Elle décide de rejoindre Publicis. Là-bas, elle s'investit dans d'importantes missions confiées entre autres par l'Union Européenne, Warren Buffet, etc. Il s'agissait aussi d'aider des multinationales affectées par la crise économique à se relever ou à réussir leur entrée dans des bourses européennes. Elle participe au lancement de la campagne Global Zero aux cotés de l'ancien Président américain Jimmy Carter, Richard Branson, CEO du groupe Virgin, la Reine Noor de Jordanie, etc. Global Zero est une initiative internationale soutenue par le Président Obama et dont l'objectif est de parvenir à une élimination des armes nucléaires. Fin 2009, elle décide de rentrer à Dakar pour s'investir dans le développement de son pays, convaincue que sa place se trouvait auprès des siens. Elle crée une société de communication pour accompagner des écoles et hôpitaux à élaborer des campagnes de communication efficaces.


En 2009, elle obtient la permission du DG de l'hôpital principal, à l'époque le Pr Boubacar Wade, pour lancer la Coalition HPD-PNLP en vue d'optimiser les efforts de lutte contre le paludisme. L’initiative enregistre un franc succès. En 2010, elle lance Intelligences Magazine, convaincue qu'elle pouvait mener plus loin son action de sensibilisation.
A la tête de ce magazine, elle organise la cérémonie de consécration inédite des 50 Femmes Sénégalaises Leaders d'Exception et la tournée du leadership féminin qui mobilisera plus de 3000 femmes rurales du Sénégal dans l'enceinte de l'Université Gaston Berger. Par la suite, lorsque le Sénégal était confronté à une inquiétante crise de l'éducation, elle mobilisera près d'une centaine d'établissements en lançant la première édition de la « Grande Rentrée Citoyenne » au Grand Théâtre. Un rassemblement qui a permis de fédérer plus de 1800 jeunes autour de l'impératif de promouvoir les valeurs de la citoyenneté et de l'excellence.

En 2014, Sa Sainteté le Dalai Lama la reçoit dans sa résidence, sur les hauteurs de l'Himalaya indien, en vue d'un entretien exclusif. Le 4 avril 2015, dans le cadre du 55e anniversaire de l'indépendance du Sénégal, elle produit son premier documentaire intitulé "Témoins de l'Indépendance". A cette occasion, elle sera reçue par Son Excellence Monsieur Macky Sall, Président de la République du Sénégal pour un entretien exclusif qui sera naturellement suivi par une très forte audience sur la RTS.

A la veille du sommet de la Francophonie, convaincue qu'une femme pouvait diriger cette grande instance, elle manifeste son soutien à Michaëlle Jean, ancienne gouverneure générale du Canada. Celle-ci la recevra à Ottawa pour un entretien exclusif sans omettre de l'encourager pour son travail et lui promulguer des conseils. A la suite du Palais de l'Elysée, plus récemment, elle a été reçue à l'Hôtel de Ville de Paris par la Présidente de l'Association des Maires Francophones et maire de Paris, Anne Hidalgo pour un entretien exclusif.

En dehors du français et du wolof, Amy Sarr Fall, véritable militante pour le développement du leadership féminin et de l'éducation des jeunes, parle couramment l'anglais et l'espagnol. Ses rencontres avec Barack Obama, Michael Bloomberg, François Hollande et Alassane Ouattara, Jim Kim, entre autres Chefs d’États, comptent parmi les moments les plus marquants de son parcours professionnel.

Convaincue qu'il ne suffit pas d'être des citoyens spectateurs mais acteurs de développement, cette consultante en communication internationale s'est transformée en véritable "motivational speaker" pour les jeunes. Des dizaines d'académies du Sénégal, de l'Afrique et d'ailleurs lui adressent régulièrement des invitations en vue de la recevoir pour s'adresser à leurs jeunes mais aussi à des femmes. Elle a dans ce sens tenu des conférences à Georges Washington University (Washington DC), Sciences Po Paris, au Niger etc.

Après avoir été classée parmi les 10 femmes les plus influentes du Sénégal, elle a été désignée "Femme de l'Année" par les Calebasse Awards, à la suite de Me Aïssata Tall Sall, Maire de Podor, illustre femme politique pressentie comme prochaine candidate aux élections présidentielles.

Rencontres marquantes